Résumé du séjour togolais

Comme le lapin d'Alice au pays des merveilles, nous sommes toujours en retard en ce moment... Déjà une semaine que nous sommes au Ghana et nous n'avons toujours pas évoqué nos aventures togolaises. Alors, en bref...

 

Nous avons commencé par quelques jours à Lomé, sur un rythme tranquille, toujours en compagnie de Benoît. Des projets, de la culture, un peu de loisirs aussi... Puis quelques jours à Kpalimé, zone montagneuse à la frontière avec le Togo, au milieu des plantations de teck, de cacaoyers et de caféiers. Pour finir avec quelques jours à Atakpamé, dans le centre du pays, la région des hauts-fourneaux, elle aussi montagneuse et verdoyante en cette saison.

 

Lomé

 

Le séjour à Lomé, en dehors des rendez-vous « projets », a été l'occasion de profiter des plaisirs offerts par une capitale. Avec notamment...

 

une soirée au théâtre : Les monologues du vagin : mise en scène originale, actrices excellentes, une très bonne soirée. En plus, voir la pièce au Togo revêt un intérêt particulier : la sexualité reste un tabou dans les pays d'Afrique sub-saharienne (d'une manière générale mais peut-être encore davantage en milieu musulman). En l'occurrence, le public était au rendez-vous, majoritairement togolais – et masculin ; la pièce a été très bien accueillie, à l'exception d'une certaine réserve / désapprobation marquée lors du bref passage consacré à l'homosexualité. Voilà un sujet qui fait polémique, ici comme partout...

 

... quelques heures à la piscine. Eh oui, comme déjà dit, l'océan s'avère ici fort dangereux à cause des rouleaux et des courants. Pas facile de se baigner en toute quiétude – sauf à aller à la piscine. Par rapport au niveau de vie local, c'est cher car seuls les hôtels de luxe proposent l'accès à leurs piscines. Mais qu'est-ce que ça fait du bien ! Détail rigolo : de la musique des années 60 à 80 était diffusée, ce qui donnait au bain un petit côté rétro (Jolie bouteille, Aline, Abba, « si je pouvais me réveiller à ses côtés ... », « personne ne sait que tu m'as quittée pour elle », …) ; on s'est rendu compte ensuite que pas mal d'endroits, même des maquis à la clientèle majoritairement togolaise, passaient ce genre de musique. On n'a trouvé ça nulle part ailleurs : en général, musique africaine au menu, et souvent du « coupé décalé » ivoirien...

 

une projection – débat autour du film « Cameroun, autopsie d'une indépendance » (cf. précédent post) organisée par le centre Mytro Nunya. Très intéressants échanges sur la responsabilité des uns et des autres (ex puissances coloniales, dirigeants africains, peuples africains) dans la situation des pays africains aujourd'hui, sur la nécessité des réconciliations nationales, sur le rôle de l'Histoire dans le développement d'une démocratie, sur la nécessité du partage de la vérité ou au contraire de l'oubli, …

 

la visite du musée national. Pas très grand, comme le sont souvent les musées africains, mais bien documenté. Objets de la vie quotidienne, des dabas (houes locales) aux objets « fétiches », en passant par les instruments de musique, les armes (notamment servant à la chasse), une présentation des hauts-fourneaux utilisés dans la région d'Atakpamé. Et explications sur les techniques de fabrication traditionnelle. Petite partie historique, où nous avons appris que le pays, initialement colonisé par les Allemands, a été divisé en deux protectorats après la seconde guerre mondiale, l'un revenant aux Anglais, l'autre aux Français. Les Anglais intégrèrent leur partie dans l'actuel Ghana tandis que les Français, tenté un moment de joindre la leur au Dahomey (actuel Bénin), décidèrent finalement de conserver un territoire distinct. Exemple supplémentaire, s'il en était, du total arbitraire avec lequel les frontières africaines ont été tracées.

 

Atakpamé

 

Petite ville au milieu des montagnes togolaises, Atakpamé est un lieu de passage obligé pour les camions lourdement chargés en provenance et à destination des pays enclavés du Nord (Niger, Mali, Burkina), qui profitent du port autonome de Lomé pour exporter leurs matières premières et importer tous les produits transformés dont ils ont besoin. D'où une atmosphère particulièrement animée, notamment le long des goudrons, avec une multitude de petites échoppes en tous sens, quatre bouts de bois et une tôle, parfois même pas. Poissons séchés, mangues, ananas, avocats, gari (poudre de manioc), pain (en fait une sorte de pain brioché salé ou sucré, à la croûte croquante)... Pour nous, quelques jours au calme, très bien accueillis par « maman Agnès » et son petit neveu Claude, agrémentés d'une découverte de la ville et d'une escapade dans la plantation de tecks et palmiers à huile familiale – malheureusement ravagée par un feu de brousse... déclenché volontairement par des chasseurs d'agouti (sorte de gros cochon d'Inde qui se mange) : il n'y avait personne pour surveiller le terrain, autant en profiter...

 

Kpalimé

 

Également nichée au cœur des montagnes (Mont Kloto, Pic d'Agou), la ville a de tous temps été appréciée par les Blancs, d'abord colons allemands, puis français, aujourd'hui expatriés, pour son climat – le meilleur du pays apparemment. Et aujourd'hui, la région concentre d'ailleurs le plus grand nombre d'ONG du pays... Nous n'avons fait qu'une brève expédition d'une journée en ville, accompagnés de Boukari. Le temps de voir son marché coloré, sa cathédrale d'inspiration germanique (un instant, on se serait crus transportés au fin fond de la Bavière), de tester un maquis, d'acheter quelques fruits et légumes... Car il s'agit aussi de la principale zone de production du pays : ananas, papayes, avocats, bananes, mangues mûrs à point ; manioc, igname, maïs, … Tout comme à Atakpamé, on en a bien profité. Il sera difficile de revenir aux avocats et bananes vendus en France !

Kpalimé est aussi le secteur d'implantation premier des plantations de café et cacao. Toutefois, il semble qu'au plan économique, le secteur ne soit pas en bonne santé.

Nous avons quant à nous passé de très bons moments en compagnie de Boukari, sur l'exploitation familiale à quelques kilomètres de la ville, à évoquer les questions agricoles mais également plus généralement la situation politique, économique, sociale du Togo.

 

Projets et problématiques

 

Le Togo est un pays riche. Riche en minerais, riche en terres fertiles dans la moitié sud du pays, avec un climat favorable à la culture, riche d'un accès à la mer, bref, riche de diverses matières premières qui pourraient en faire un pays prospère s'il était correctement géré et si ces matières premières n'étaient pas exploitées au bénéfice de pays et entreprises étrangères – comme cela est largement le cas. Nous nous sommes intéressés à certaines de ces questions au cours de notre séjour.

 

Nous avons parlé avec plusieurs personnes de la problématique des phosphates au Togo (pas de noms car le sujet est fort sensible). Le phosphate togolais est d'excellente qualité, parmi les meilleurs au monde ; c'est pourquoi il a été exploité depuis les années 60 par une société togolaise qui a changé plusieurs fois de nom, aujourd'hui l'Office togolais des phosphates. Le problème, c'est que la gestion de l'OTP est loin d'être exemplaire, à plusieurs niveaux. D'abord, les conditions d'exploitation sont un vrai scandale en termes d'impact sur la santé des personnels et des habitants des environs, ainsi que sur l'environnement. Fluoroses, nombreux accidents du travail, nappes phréatiques non protégées, perte importante de biodiversité, rejets massifs de substances chimiques dans l'atmosphère et de phosphates en mer... Pas très rose. Au niveau financier, ça n'est pas beaucoup mieux : il est connu que la société servait de porte-monnaie au Gal Eyadéma (l'ancien président) et à quelques proches, la quasi-totalité des revenus générés par l'exploitation aboutissant directement dans leurs poches. Enfin, pas de création de revenus par la société : exportation directe du matériau, sans transformation sur place – mais relativisons ce dernier élément puisque c'est presque une norme en afrique : la création de valeur se fait ailleurs, seules les matières premières sont exportées...

 

Nous avons aussi rencontré des organisations du monde agricole pour discuter avec eux des problématiques rencontrées par le secteur (1er secteur d'activité dans tous les pays traversés, loin devant l'industrie et les services) : production, stockage, exportation, tarifs, relations avec les pouvoirs publics, fonctionnement des groupements, etc. Là encore, nous avons beaucoup appris et mieux compris les enjeux du secteur, que nous avons également abordés lors de notre séjour dans la ferme familiale de Boukari, près de Kpalimé. Exploitation agricole d'une centaine d'hectares (ce qui est rare, la production étant en général explosée en petites exploitations souvent inférieures à 3 hectares), près d'une rivière, une terre sur laquelle tout pousse, du teck aux tomates, du palmier à huile au maïs... Et une vraie vision écologique (pas d'utilisation de fertilisants autres que naturels ou de pesticides, pas de monoculture, respiration des sols, compostage, ...) ainsi que sociale et pédagogique (formation des ouvriers agricoles, accueil de stagiaires)... Nous avons passé là quelques jours très agréables, profitant de la fraîcheur relative des montagnes avoisinantes, très bien accueillis et dynamisés par des discussions intéressantes.

 

Nous avons également, dans la lignée de notre visite à Eco-Bénin au Bénin, essayé de voir dans quelle mesure la dynamique du tourisme équitable / de l'éco tourisme était présente dans le pays, en rencontrant à Kpalimé l'équipe de l'Association pour le développement du Togo Profond (ADETOP). Il semble que globalement, le secteur du tourisme ait souffert de l'image dégradée du pays au niveau international – et du retrait des bailleurs de fonds entre les années 1990 et 2005. Mais un compte-rendu plus détaillé suivra (on essaie aussi de rattraper notre retard de ce point de vue !).

 

Enfin, s'agissant des droits de l'homme, nous avons rencontré, avec Benoît, André Afanou du Cacit (Collectif des Associations Contre l'Impunité au Togo), qui a évoqué l'action de son association en faveur des victimes du régime répressif du Général Eyadéma.

 

Voilà, un long article résumant ces quelques 15 jours passés dans « la Suisse de l'Afrique », avant de passer le 1er juin la frontière avec le Ghana...

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Bartholomew (dimanche, 22 juillet 2012 18:17)

    I was very pleased to find this website. I wanted to thank you for your time for this wonderful post!! I definitely enjoy reading it and I have you bookmarked to check out new stuff you blog post.